AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nina



Messages : 17
Date de naissance : 16/05/1983
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 33

MessageSujet: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Mer 24 Mar - 19:58

"Rejoindre Oilville avait été un parcours d’embuches, une chevauchée éprouvante et sauvage pour Nina et sa monture. Toutes deux fourbues, c’est avec une reconnaissance éternelle pour les esprits de ce monde en ruine, qu’elles trouvèrent le repos au coin d’un taudis de tôles ondulées. La cavalière, la croupe dans un baquet de fortune fait d’une bâche plastique remplie d’une eau saumâtre, se délectait de ce bain de fesses improvisé, tandis que sa monture se goinfrait de céréales. Le visage apaisé de Nina en disait long sur le cactus en éruption couvert d’épines qui lui servait de postérieur.
Alors, les yeux mi-clos, elle se prit à fredonner d’une voix douce et fatiguée…"


Slappin' leather was devised
During a wild streak in her life
She has a cheap apartment
Up on Royal Street
She brought home just enough
To keep her on her feet
She don't believe in anything
But it you ask her, she'll say
There's plenty of things to believe in

Sweet Rosalyn
Sometimes you gotta give in
Sweet Rosalyn
Sometimes you gotta give in
Sometimes you gotta be loved…


Belle balade hein ? *en adressant un sourire ironique à son canasson*

…une trotte d’enfer ! et pour voire de tes congénères mécaniques sans âme ! je te jure, c’est la balade qui valait le coup, pas l’arrivée. Quoique, l’accueil fût des plus sympatoche, mais y’a pas à dire, les tas d’ferrailles c’est pas mon dada.

Tu vois, je m’dis… *se gratte sous l’aisselle*

Je me dis qu’tout ça c’est lié. Les chips, les gangs, les bécanes… ouais ! tout ça c’est l’ancien monde, celui qu’est en ruine. Marrant hein ? *elle rit un peu désespérée*

…on s’est fait écraser, réduire en bouillie, flinguer comme des mouches… on a prit le coup de torchon divin en pleine face, laissant des milliards d’entre nous sur la touche… Et pourtant les anciens croyaient avoir tout prévu ! j’en suis la preuve… j’suis qu’une pièce détachée… et quoi ?... ben on recommence ! allez, on en red’mande !
M’fait bien marrer leur théorie sur l’genre humain ! … l’est dans un triste état ! … ça te fait bien marrer, toi, mon amour d’ami à quatre pattes !

*L’équidé regarde en direction de sa maîtresse mais fixe le grand rien au-delà, puis hennit…. Allez savoir comment interpréter cela*

Ouais… t’as raison, pas foutus de retenir la mémorable leçon ! … à force de se casser l’échine à reconstruire le fantôme du monde passé, avec ses véhicules, sa monnaie, ses armes… ils vont à nouveau tout faire déconner, ça c’est sûr.
T’as bien raison, vaut mieux en rire !

*elle se redresse et sort son derrière de l’eau, remontant vivement son jeans sans le boucler… puis, prise d’une hésitation, elle se retourne vers sa carne apathique.*

Dis ?... t’as remarqué le regard en coin de Til’ ? *elle sourit tout en se massant délicatement le postérieur qui pulse sous son vêtement*
Je crois que j’lui plais… oui tu sais, avec ses manières de : j’remarque pas, l’aire de dire j’suis too cool et j’plane bien haut. Ben moi j’crois qu’il m’a à la bonne ! … L’est plutôt cool pour un fondu des boulons, non ?
En tous cas, j’peux troquer avec lui… quelque chose me dit qu’il voit pas l’monde comme un self-service… Il sait p’têtre que, tout au fond de lui, que… que c’est pas ce qu’on possède qu’est le plus important.


J’aime bien quand il est pas loin…

*Lâchant un long bâillement, elle ramasse la selle et sa couverture et s’apprête à faire sa couche à l’abri d’une tôle.*

…mmm, j’vais dormir sur le ventre j’crois.



Dernière édition par Nina le Jeu 25 Mar - 20:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tilman



Messages : 50
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Mer 24 Mar - 21:27

Hmmm j'suis crevé putain...

Les Zonards étaient en pleine forme ce soir, djà avant l'départ d'Oilville ils m'ont mis sur les genoux. J'sais pas comment il fait le Pa' mais moi, il m'épate.

Y'avait une sacré bande d'allumés et heureusement Sven est arrivé rapido....La tête sur les épaules et toujours un bédo à la main...Ca rassure un brin quand on sait la route qui nous attend....Faut juste savoir tenir sa langue avec lui ou t'as vite fait d'finir en première page du Gossip.

Puis y'avait la ptite nouvelle là. Nina. En temps normal je lui aurais tourné l'dos direct. Les écolo moi ça m'fout l'cafard puis si ils s'étaient réveillé un peu plus tôt on pourrait peut être encore tremper not'cul dans l'pacifique !

Elle me les brises direct sur ma moto et j'réfrène une envie d'boter la croupe de son ch'val histoire de voir si elle est aussi bonne en rodéo qu'en casse burne.

Bizarrement j'reste calme. Elle joue pas un rôle, elle vend pas son idéologie en trainant la mienne dans la boue, elle est "nature", un peu naïve et j'respecte.

La suite c'est un beau bordel, la route avec la zone on connait, ça tire partout et j'm'étonnes chaque fois qu'il n'y ai pas plus de casse.

Chez les Dust encore pire...Pas d'leur faute mais j'ai prié un moment pour que les balles fusent pas. J'suis trav' et même si j'dois finir en enfer ma lame ne se retournera pas contre eux. L'allumée à roulette l'avait bien cherché aussi, ça m'donnait une raison d'plus d'pas briser l'code.

Ca s'est calmé, enfin pas trop, ça parlait beaucoup, tout le monde en rogne...Sauf moi, j'étais content d'pas eu avoir à couper les miche des Dust et j'avais gardé mon intégrité.

Par contre la ptite Nina elle pas trop aimé l'western, j'ai juste eu le temps d'voir l'cul de son ch'val s'éloigner.


I know I dreamt you a sin and a lie
And I have my freedom, but I don't have much time
Fate has been suffered and tears must be cried
So let's do some living after we die

Wild horses, couldn't drag me away
But wild horses, couldn't drag me away...away





Putain d'soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina



Messages : 17
Date de naissance : 16/05/1983
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Ven 26 Mar - 20:15

Un soleil apocalyptique se lève sur ce monde en ruine. A Needle Eye, sur les hauts plateaux, Nina s’éveille devant les restes fumant du feu de camp. La vallée baignée des premières lueurs du jour s’offre à son regard. A perte de vue, une terre aux reflets d’or et d’ocres, un ciel immense qui enseigne à chaque être vivant qu’il n’est qu’un grain de sable dans l’infini. Tout semble si serin, si loin de toute les préoccupations matérielles... mais… un besoin urgent la ramène vite sur terre, parmi les insectes survoltés qui s’affairent à survivre.

Après avoir arrosé bénévolement un cactus et fait une toilette sommaire, elle rejoint sa monture pour reprendre la route de l’errance. Un dernier regard pour ce paysage monumental, modelé par la toute puissance de la nature. Un dernier soupir pour le souvenir de cette nuit sous le baldaquin du firmament. Une dernière pensée pour le Travler, puis d’un coup de talon elle lance son canasson au trot.

Tout au long du chemin, les paroles de Til’ se font l’écho des « cataclops » de sa monture et se mélangent à ses propres pensées…

« …Un monde barbare peuplé de loups s’entredévorant pour une « loi » futile, une doctrine du passé, une utopie cataclysmique, un honneur mal placé, une renommée, une relique motorisée, un jeton de casino… quelle ironie ! Effectivement, il n’y avait plus rien à sauver ici bas, si ce n’est soi-même. Til’ n’avait-il pas raison de s’abandonner au présent, de vivre pour un seul jour, un seul lever de soleil. Laisser le reste aux charognards et aux prêcheurs ? Avait-on vraiment le choix ? »

… cataclop, cataclop, cataclop, cataclop… cataclop… cataclop…

« … vivre pour une poignée de chips ? pour un instant de paix ? pour un fou rire ? pour un geste tendre ?... mais comment faisait-il donc pour ignorer le désastre ? »

… cataclop, cataclop, cataclop, cataclop… cataclop… cataclop…

A la vue de la silhouette d’Oilville, cette verrue faite de tubulures de métal, un frisson de rage parcoure alors son échine. Cette ville était comme un défit à tout ce en quoi elle avait foi. Un bubon bourdonnant symbolisant l’abandon. Alors, la révolte …Les considérations de Til’, envolées ! les mots de paix, disparus !

- Non ! tant que je verrais ces nuisibles pomper, pomper et pomper encore leur précieux carburant ! symbole de tous nos maux, de tous nos échecs, de toute notre petitesse ! je n’abandonnerai pas ! Même s’il n’y a pas de salut ici bas, l’espoir d’un monde meilleur ne me quittera jamais !

Oh, a storm is threat'ning
My very life today
If I don't get some shelter
Oh yeah, I'm gonna fade away

War, children, it's just a shot away
It's just a shot away
War, children, it's just a shot away
It's just a shot away



War, children, it's just a shot away
It's just a shot away
It's just a shot away
It's just a shot away
It's just a shot away
I tell you love, sister, it's just a kiss away
It's just a kiss away
It's just a kiss away
It's just a kiss away
It's just a kiss away

Kiss away, kiss away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tilman



Messages : 50
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Ven 26 Mar - 21:52

Merde j'suis en retard.

J'ai la tête vide là et c'est pas l'moment, l'autre voleur de Tech perdra pas l'nord et j'ai intérêt à arriver remonté si j'veux pas qu'il m'embrouille.

Je l'vois déjà m'dire que mon filon vaut pas son prix, qu'on lui a proposé mieux à meilleur prix, que c'est trop loin, trop dangereux que ça vaut à peine la moitié...

Putain j'aurais pas dû picoler.

Plus que deux heures pour arriver à Picus et j'dépasse à peine Coppermine. C'est bien les moteurs électriques mais ça vaut pas l'fuel. Bordel !

J'sais même pas pourquoi j'm'arrête. J'coupe les gaz et je m'allonge un moment. J'ai mal au crâne mais j'm'en roule une.

Putain à quoi bon. Pourquoi j'vais me prendre la tête avec ce faiseur, cet escroc, cet... Ha ! Au diable !

"...vivre en paix, loin des villes, loin des chips, loin du code..."

J'ricane en m'voyant en Vista...En Lightbearer tiens ! J'm'imagine planter des légumes, regarder tomber les feuilles de Kaibab en automne.

Putain Nina si t'avais raison


Entre deux taffes j'entends derrière un bruit sec, j'me retourne et j'vois ce putain d'coyote qui s'bouffe un lapin, pas un gros putain, à peine sorti du cul d'sa mère...Elle est là d'ailleurs la mère, à quelques mètres mais la peur lui fais vite oublier l'instinct maternel. Puis c'est trop tard.

Comment j'ai pû être aussi con ! C'est ça la nature ! C'est un bouche qui t'bouffe si t'es trop faible !

L'honneur elle s'en branle la nature.

Merde j'suis en retard.


Get your motor runnin'
Head out on the highway
Lookin' for adventure
And whatever comes our way
Yeah Darlin' go make it happen
Take the world in a love embrace
Fire all of your guns at once
And explode into space

I like smoke and lightning
Heavy metal thunder
Racin' with the wind
And the feelin' that I'm under
Yeah Darlin' go make it happen
Take the world in a love embrace
Fire all of your guns at once
And explode into space

Like a true nature's child
We were born, born to be wild
We can climb so high
I never wanna die


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina



Messages : 17
Date de naissance : 16/05/1983
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Dim 28 Mar - 19:07

Embry Crossroad, dans la banlieue délabrée, une fusillade vient d’avoir eu lieu dans une allée sombre.

Je me suis mise à l’abri, à trois blocs de là, et me laisse glisser mollement le long d’un mur de briques moisies. J’ai la gerbe, la tête me tourne, un haut le cœur venu du bidon m’empêche de respirer. J’ai l’impression d’être un poisson rouge hors de son bocal, même si, je n’en ai jamais vu ailleurs que dans des livres du temps passé. Pour ne pas perdre la raison, je fixe le tas de chips que je serre dans ma main droite. Mais rien n’y fait, alors je relâche ces maudits chips et me précipite sur mes « painkillers ». Fébrile, d’une main tremblante je gobe le flacon, comme si cela pouvait effacer ce que je viens de commettre. Alors que ma vision se trouble, j’entends… j’entends… Jim Morrison ?


When the music's over
When the music's over, yeah
When the music's over
Turn out the lights
Turn out the lights
Turn out the lights, yeah…


Je lève les yeux et crois voire Til’, mais en fait c’est sa voix, ou plutôt le souvenir de sa voix et de ses paroles. Sur l’instant, j’aurais juré que mon talkie-walkie s’était allumé, mais ce grésillement vient de ma caboche sous painkiller. Je l’entends encore me répéter : Nin’ tu ne pourras pas changer le monde, pas à toi toute seule. Ta cause est isolée et ton idéal une illusion. Le monde meilleur que tu cherche n’est pas sur la voie que tu emprunte… rejoins-moi ?

When the music's over
When the music's over
When the music's over
Turn out the lights
Turn out the lights
Turn out the lights …


L’émotion est trop forte et je fonds en larme pour la première fois de ma courte existence. Anéantie mais soulagée de ne pouvoir tomber plus bas, un éclair de lucidité me permet de retracer le fil des événements.
Cette longue discussion avec Til’ m’avait mise sur le carreau. J’en suis sortie déboussolée, ces arguments si pessimistes mais si justes avaient entamés ma foi, mes croyances. Je me souviens m’être demandée si ma vision du désastre ou si mes pensées n’étaient pas préprogrammées. Niais-je l’évidence ? … En tous cas, dès le lendemain je m’escrimais à bricoler une paire de revolvers et des cartouches. Bang bang bang.. la pétarade qui s’en suivit démontrait que je savais y faire, et que même si je tirais comme une buse, les pillards et autres nécrophages de l’ancien monde n’avaient qu’à bien se tenir. Dès le lendemain je prenais la route pour Embry… Bye-bye le territoire Vista de South Burb.


For the music is your special friend
Dance on fire as it intends
Music is your only friend
Until the end
Until the end
Until the end …


A trop penser, j’en oublie de contrôler mon corps. Et voilà que montant du ventre, je sens mon dernier repas. Juste avant de verser, je me rappelle que c’était une boite de « dogfood »…

Cancel my subscription to the Resurrection
Send my credentials to the House of Detention
I got some friends inside …


Je rends le tout sur mes chips, n’épargnant pas non plus mes chaps. Un bref répit, je m’essuie la bouche et entends encore Jim Morrison qui chante dans ma tête. Se moquerait-il de moi ? Je me sens si sale. J’ai tué par le passé, mais toujours pour de « bonnes » raisons. Je sais que Til’ me dirait qu’il n’y a jamais de bonnes raisons. Mais… mais ici, à Embry Crossroad, ça a été gore. Entre deux renvois, j’ai presque l’impression de voire mon reflet dans les chips que je viens de souiller.

The face in the mirror won't stop
The girl in the window won't drop
A feast of friends
"Alive!" she cried
Waitin' for me
Outside! …


Je viens de tuer six humains… trois, pour récupérer des dettes de jeux et trois autres pour … je ne sais même plus. Ils avaient des noms… et j’ai une bonne poignée de chips !

Before I sink
Into the big sleep
I want to hear
I want to hear
The scream of the butterfly …


Joli coup ! me voilà en plein dans cette merde qui fait tourner « leur monde ». Moi qui croyais ne pas être des leurs, de cette bande de chacals qui coure après ces jetons.
N’ayant plus rien à dégobiller, plus la force de pleurer, plus d’éthique… il ne me reste plus qu’a m’accrocher à ce qui me reste. Alors un nom s’impose. Je relève la tête, ramasse mes chips et tente de me redresser. Mon esprit est encore embrumé, mais je balbutie sur le bout des lèvres : T’avais pas faux, Til’,les chips n’ont pas d’odeur !


Come back, baby
Back into my arm
We're gettin' tired of hangin' around
Waitin' around with our heads to the ground …


La loque dopée au painkillers que je suis en cette fin d’après-midi se dirige vers sa fidèle carne. Je rejoindrai Til’, nous irons au bar du Cartel mercredi, et .. et j’oublierai mes illusions. Le rire reprendra le dessus, même si désormais, je m’aime moins et vous déteste encore plus, vous les charognards de cette terre !

I hear a very gentle sound
Very near yet very far
Very soft, yeah, very clear
Come today, come today …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tilman



Messages : 50
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Lun 29 Mar - 4:49

Putain qu'est-ce que j'ai fait.

Nina

Celle que j'ai laissé hier n'existe plus et j'ai l'sentiment que j'y suis pas pour rien.


Time takes a cigarette, puts it in your mouth
You pull on your finger, then another finger, then your cigarette
The wall-to-wall is calling, it lingers, then you forget
Ohhh how how how, you're a rock 'n' roll suicide



J'fonce, la route est longue mais j'ai djà assez perdu de temps. Son appel résonne encore dans ma tête.

je... j'ai du les abattre ... pour quelques chips...je me sens si salie.. si .. basse...

Merde, merde, merde, merde, merde, MERDE !

You're too old to lose it, too young to choose it
And the clocks waits so patiently on your song
You walk past a cafe but you don't eat when you've lived too long
Oh, no, no, no, you're a rock 'n' roll suicide



Elle m'attend dans un bar, je lui ai dis de quitter Embry au plus vite, de foncer à Oilville et de se fondre dans la foule. Six types bordel de merde...Six !!

C'est pas une pro, on a dû la voir ou elle laissé une trace...Doit djà y avoir une quinzaine de connards à ses trousses faut agir vite.


Chev brakes are snarling as you stumble across the road
But the day breaks instead so you hurry home
Don't let the sun blast your shadow
Don't let the milk float ride your mind
You're so natural - religiously unkind


J'ai l'impression d'faire du sur place. J'pousse les gaz à fond mais j'sais que c'est fini. Ya plus rien à faire Nina vient d'se tuer six fois.

Mon cri s'confond avec celui du moteur. J'voudrais qu'il hurle, j'veux pas m'entendre. Putain qu'est-ce que j'ai fait.


You're watching yourself but you're too unfair
You got your head all tangled up but if I could only make you care

J' peux pas réprimer un sourire. J'ai réussi. Nina n'a plus d'autre choix que d'me rejoindre mais j'sais que je l'ai perdu.


Il n'y a pas d'autre choix Til' ? L'monde est condamné à toujours reproduire ses erreurs ? j'veux pas y croire !


No matter what or who you've been
No matter when or where you've seen
All the knives seem to lacerate your brain
I've had my share, I'll help you with the pain
You're not alone


Putain oui il y avait un autre choix mais ça j'te l'ai pas dit Nin'. J'te voulais avec nous...Avec moi...J'ai sacrifié ta candeur sur l'autel de la pensé unique.

Putain Nin' j'te lâcherais pas.

Just turn on with me and you're not alone
Let's turn on with me and you're not alone
Gimme your hands cause you're wonderful
Oh gimme your hands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina



Messages : 17
Date de naissance : 16/05/1983
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Lun 29 Mar - 21:00

Je m’éveille tard ce matin, le soleil frape déjà fort sur les planches qui garnissent la fenêtre de ma piaule. Dans le demi-jour étouffant de cette chambre dénudée de toute décoration, allongée sur le dos, j’explore le plafond de mon regard.

Ça y est… je remets tout en ordre dans ma cervelle… Til’… les travlers, Eldo’ et Bagg’… Dépôt 66… au nord d’Oilville.

Les yeux grands ouverts, j’imagine ce qu’a pu être cette chambre par le passé. Les murs sont décrépits, les restes d’une tapisserie pastel qui a viré au jaune « pisse » avec le temps et les infiltrations, me font penser à une chambre à coucher. Je m’amuse, y’a des choses qui ne changent pas, même avec un cataclysme.
Je me redresse sur les coudes. Le matelas à même le sol grince et mon regard se pose sur ma paire de botte, sur mes chaps et enfin sur mon ceinturon garni de la paire de revolvers. L’ambiance de squat, l’odeur de « pas lavé », l’air chaud et lourd, stimulent mes méninges. Presque involontairement, je fredonne un air mielleux. Je me gratte la chevelure tout en tentant de poser un nom sur cette chanson qui trotte dans ma tête.


Been down so long, getting up didn't cross my mind,
I knew there was a better way of life that I was just trying to find.
You don't know what you'll do until you're put under pressure,
Across 110th Street is a hell of a tester.


Bobby Womack !... Shaft ! … mais ?… c’est quoi ça ? Je souris en me disant que les painkillers doivent agir comme des stimulants sur des mémoires résiduelles de ma caboche. Sinon, je ne fredonnerais même pas un truc si ancien.

Across 110th Street
Pimps trying to catch a woman that's weak
Across 110th Street
Pushers won't let the junkie go free
Across 110th Street
Woman trying to catch a trick on the street.
Across 110th Street
You can find it all in the street …


Sur cet air de soul, je décide de me lever. Alors que j’embrasse la pièce du regard pour rassembler mes affaires, je remarque une bassine de tôle émaillée. Quelle délicate attention, de quoi faire un brin de toilette. Til’ a du glisser un mot au tôlier.

Tout en me rafraîchissant les aisselles et la nuque, je fixe la paire de révolvers. Puis mon regard se pose sur mes mains dans la bassine. Un autre souvenir monte à ma tête. Une histoire de meurtre et de martyr, un conte ou celui qui avait ordonné l’exécution s’en lavait les mains. Mais cette fois-ci, c’est trop obscur pour que je cherche à creuser ma mémoire. Je préfère finir ma toilette en chantant.



Look around you, just look around you
Look around you, look around you, uh yeah…


Je suis habillée, ma paire de flingues accrochées aux cuisses et prête à sortir pour faire face à ce monde. Til’ ne sera pas loin, je le sais, et ça me réconforte.


Dernière édition par Nina le Mer 31 Mar - 8:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tilman



Messages : 50
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Mar 30 Mar - 23:52

Bon j'ai laissé Nin' aux Végas. C'est de sales cons prétentieux mais ils nous doivent en partie leur prospérité, ils feront ce qu'il faut.

Vaut mieux d'ailleurs, si j'me met en chasse c'est pas pour rien et les Blood Orchids donneraient cher pour qu'ils mettent les voiles.

J'ferais rien aujourd'hui. Mes clients attendront.

J'reste là, à l'ombre d'une épave de chev' et j'repense à tout ce merdier.

Moi dans mon rôle, dans mon job, dans mon biz...

Putain j'aurais voulu avoir tort Nin'.

T'étais comme une porte ouverte sur un autre monde et je l'ai bêtement claquée.

*crache* J'ai plus l'choix maintenant. Autant aller de l'avant.


ain't i clean, bad machine
super cool, super mean
feelin' good, for the man
Superfly, here i stand
secret stash, heavy bread
baddest bitches, in the bed

i'm your pusherman

i'm your pusherman
i'm your pusherman


Dernière édition par Tilman le Jeu 1 Avr - 1:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina



Messages : 17
Date de naissance : 16/05/1983
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 33

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Mer 31 Mar - 19:31

Tôt ce matin, la brise venant du sud me chatouille le visage. J’entrouvre un œil et contemple la plaine à perte de vue. Quel moment fabuleux, le soleil embrase gentiment les cieux et chasse la nuit. Le vert sombre de la prairie et le ciel noir se teintent de rouges et d’or. Devant un si beau spectacle, je ne peux retrouver le sommeil, même si j’en manque. Rêveuse, je me laisse prendre par la contemplation du miracle si commun du jour qui se lève…

I close my eyes
only for a moment, and the moment's gone
All my dreams
pass before my eyes, a curiosity

Dust In The Wind
all we are is Dust In The Wind


Comme un moucheron attiré par une lampe tempête, je me lève, me glisse dans un sweet presque propre et m’emmitoufle le reste du corps dans ma couverture. Quelques pas pieds nus et je retrouve l’herbe grasse sous la plante de mes petons. Mon cœur s’envole, cette impression de ne faire qu’une avec cette terre, vous savez ?

Same old song
just a drop of water in an endless sea
All we do
crumbles to the ground, though we refuse to see

Dust In The Wind
All we are is Dust In The Wind


Je repense à la soirée avec Eldo’. Un peu plus et nous refaisions le monde. A ce souvenir, je ne peux m’empêcher de sourire émue. Puis l’image de Til’ s’impose à mon esprit alors que le disque solaire fait sa timide apparition à l’horizon. Til’ qui n’était pas là hier, mais que je verrai ce soir. Ce soir, il me tarde d’y être et de le voire…

Don't hang on
nothing lasts forever but the earth and sky
It slips away
all your money won't another minute buy

Dust In The Wind
All we are is Dust In The Wind


A nous la soirée du Cartel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tilman



Messages : 50
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Jeu 1 Avr - 4:22

La suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)   Aujourd'hui à 13:33

Revenir en haut Aller en bas
 
Ça pique, ça gratte, ça sent le raton laveur … (petites histoires de la zone)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ca pique, ça gratte...
» Premier grand pique-nique DACIA Edition 2009
» Il se gratte vous faites quoi ?
» Un pique nique ça vous tente?
» il se gratte partout et tous le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA ZONE FRANCHE : le clan francophone d'accueil des nouveaux joueurs sur Fallen Earth :: SECTION ROLEPLAY :: CARNETS DE ROUTE, CORRESPONDANCE & RECITS D'AVENTURES-
Sauter vers: